Interviews

Interview de Pascal Pêcheur, entraîneur de la première


Pascal ici avec son bras droit Ricardo

Pascal Pêcheur : « L’objectif numéro un est le championnat 

Interview réalisé le 5 décembre 2016 par Greg pour Proxifoot

L’entraîneur du FC Donzelle revient sur le premier tour de son équipe, co-leader de son groupe en 4ème ligue. Interview.

L’été dernier, le FC Donzelle connaissait une relégation en 4ème ligue pour la première fois de son histoire, accompagnée d’un changement d’entraîneur avec le retour sur le banc du Stade du Moulin de Pascal Pêcheur. Avant le début de saison, l’ancien entraîneur de Benfica et Champel annonçait clairement la volonté de revenir en 3ème ligue au plus vite. A la trêve, la mission est en bonne voie, Donzelle partageant la tête de son groupe avec Interstar II, mais loin d’être finie, puisque les cinq premiers sont regroupés en cinq petits points. De plus, les Donzellois sont toujours en course en coupe genevoise en tant que dernier représentant de 4ème ligue et donc en tant que « petit poucet ». Retour sur ce premier tour avec l’entraîneur belge du club de La Plaine.

Pascal, cet été, tu annonçais l’intention claire de remonter rapidement en 3ème ligue. A la trêve, ton équipe est co-leader du championnat. De quoi être satisfait ?

Je dirais oui et non. D’un point de vue purement comptable, nous avons engrangé 21 points contre les sept derniers du classement, ce qui est logique et normal quand tu as des ambitions comme nous. Mais nous n’avons pris que quatre petits points contre nos quatre adversaires directs, ce qui montre que nous avons encore du chemin à faire pour arriver à notre objectif final.

Dans ces quatre confrontations directes, tu as une lourde défaite à Versoix et une défaite contre un Aire-le-Lignon en infériorité numérique, quels ont été les enseignements à tirer de ces rencontres pour toi ?

Il y en a eu plusieurs, mais le principal sont les lacunes que peut avoir mon groupe sur le plan de la maturité tactique. J’ai pu le voir contre Versoix, où je décide de changer de système avant de m’apercevoir, trop tard, qu’on ne savait pas gérer ce genre de situation et on encaisse cinq buts en 20 minutes. Puis, je l’ai à nouveau vu contre Aïre, où on mène presque par miracle à la pause face à une équipe réduite à dix avant de prendre un contre à la 48ème minute alors que j’ai expressément demandé à mes gars de gérer notre avantage sans se lancer dans la gueule du loup à la pause. On a encore beaucoup de choses à apprendre sur le plan tactique et dans la gestion de ces situations qui peuvent décider d’un match.

Tu prends aussi quatre points contre des adversaires directs, et des points acquis dans les derniers instants de la rencontre, aussi bien à Interstar (1-1 à la 89’) et contre Tordoya (2-1 à la 93’), c’est quand même une belle preuve de caractère.

En effet, contre Interstar, c’est un nul un peu tiré par les cheveux qu’on arrive à prendre. Tordoya, c’est un peu différent et c’est là que j’ai vu une équipe comme je voudrais la voir au second tour. Dommage que ce match soit arrivé aussi tard, ou que la trêve arrive maintenant, parce que sur cette rencontre, mes joueurs ont montré de grandes qualités. On prend l’ouverture du score sur un penalty litigieux, dans une ambiance qui n’était pas simple, et on a réussi à transformer la frustration et l’énervement que la situation aurait pu causer en énergie positive pour sortir notre meilleure performance et aller arracher cette victoire dans les derniers instants. Un vrai match référence dans l’engagement et l’envie.

En début d’interview, tu parles du bilan comptable de ton équipe, mais qu’en est-il du bilan sportif ?
Sur le plan sportif et humain, il est très positif. Le groupe a connu une fin de cycle et une relégation qui aurait pu être difficile à digérer. Mais j’ai trouvé un collectif très à l’écoute et très impliqué dans notre objectif commun. On a une moyenne de 19 présences à l’entraînement, ce qui est une très bonne moyenne pour une équipe de notre niveau, et chacun apporte sa pierre aussi bien sur le terrain qu’en dehors. De plus, l’ambiance dans le club, rapport avec les autres équipes, buvette et autre est excellente, et c’est aussi très important dans un club comme Donzelle. Par ailleurs, dans le jeu, je trouve qu’on progresse bien, on a globalement la possession de balle et une bonne qualité de jeu, même contre nos adversaires directs. Les joueurs sont à l’écoute et ont envie, ce qui est toujours une qualité. Le gros point négatif, dans le jeu, est notre manque de poids et de tranchant dans la zone finale. C’est l’analyse récurrente que je ressors, surtout sur les matches contre nos adversaires directs. Le sentiment que les joueurs ne savent pas, ou n’osent pas, prendre le risque, faire le geste dans cette zone qui peut faire la différence. Et c’est le chantier principal sur lequel je m’attelle cet hiver pour renforcer notre effectif.

A la trêve hivernale, tu es en tête du championnat et toujours en course en coupe genevoise (qualification pour les 1/8 de finale), de quoi rêver…

Oui, mais on a encore du travail. Notre chance en championnat est que toutes les équipes de haut de tableau se sont pris des points entre elles, ce qui nous permet d’être en tête avec nos 25 points. Car dans un championnat « standard » de 4ème ligue, tu as toujours une ou deux équipes qui arrivent à Noël avec la trentaine dépassée et ce ne serait pas la même histoire. En coupe, notre envie était de passer l’hiver. On a affronté des équipes qu’on pouvait raisonnablement espérer battre, et on peut, sur un match, espérer rivaliser contre une bonne équipe de 3ème ligue. Mais à mon avis, aujourd’hui, on est trop loin tactiquement d’un Aïre ou d’un Veyrier pour envisager quelque chose, sauf sortir la grosse performance au bon moment. L’objectif numéro un reste, et doit rester le championnat.

Lien :
http://www.proxifoot.ch/new/2016/12/pascal-pecheur-lobjectif-numero-un-est-le-championnat/

Interview de Marcel Pittet un homme qui laisse toujours une trace de son passage.

Faites connaissance d'un homme qui foule les terrains du FCD plus de quatre heures par semaine, sans qui aucun match ne pourrait avoir lieu. Ancien typographe de la Tribune de Genève marié à Ursula depuis le 6 Août 1966, il fait partie de ces hommes qui travaille dans l'ombre, un véritable pilier du club. Même si parfois, il se laisse emporter par sa passion ,on lui pardonne volontiers car il fait partie de ces fidèles qui ont écrit l'histoire du club avec un grand H!

Lire la suite...

Interview de Moreira Pinto David l'entraîneur des féminines

Faites connaissance avec un homme qui est à la tête de 15 filles, probablement l'entraîneur le plus envié du club. Il a mené son équipe en finale de la coupe genevoise. Moreira Pinto David l'actuel entraîneur des fémimines nous livre ses impressions.

Salut, tout d'abord en grand merci d'avoir pris le temps de répondre à nos questions. En fait pas mal de gens t'appelle Pinto, de notre côté on est un peu perdu, c'est David ou Pinto ?

Lire la suite...

Interview de Philippe Baeriswyl

Faites connaissance avec le Guy Roux de La Plaine, un homme qui a traversé deux décennies comme entraîneur de la première équipe. Durant toutes ces années, il a inculqué des valeurs toujours présentes aujourd'hui dans notre club, il a côtoyé un nombre impressionnant de joueurs et aligné un nombre tout aussi impressionnant de victoires. Sa fidélité est un exemple pour le sport en général, bien des personnes devraient s'en inspirer. Par cette interview on tenait à le remercier pour son implication et pour tout ce qu'il a donné et fait pour le club.

Salut Philippe, tout d'abord, un grand merci d'avoir pris du temps pour répondre à nos questions. Sans plus tarder, rentrons directement dans le vif du sujet.

Lire la suite...